Saison 2004–05

Marie-Claude Bouthillier

Résister, se dissoudre

Exposition 26.11–19.12.04
 
 
 
 
 

Au fur et à mesure de l’évolution de mon travail, j’ai ressenti – à l’instar de plusieurs peintres – qu’au-delà de l’oeuvre, c’est le corps dans l’action qui s’éprouve. Autrement dit, dans le travail artistique, ce sont les limites du corps qui s’exprimeraient avant tout.

Dans mon plus récent travail, où ma réflexion demeure imprégnée par la question de « l’alphabet originel » et où je poursuis ma recherche à travers l’exécution plus spécifique « d’autoportraits », c’est sur l’idée de la résistance, qui sous-tend celle de l’identité, que je m’attarde.

Il est probablement un peu question de la vie et de la mort, de la conscience de ne devoir notre identité, notre forme – celle de notre esprit et de notre corps – qu’à la résistance de la matière… (les limites déterminant les formes). C’est ainsi que les oeuvres figuratives de la série Résister, se dissoudre (1) sont apparues.

À travers les corps atomisés que l’on retrouve dans les tableaux de cette série, je témoigne de la tension qui existe entre organisation et dérèglement, unité et fragmentation, cristallisation et dissolution. Pour moi, l’identité se vit dans ce va-et-vient incessant de la conscience qui oscille entre le désir d’être unique et séparé du monde et celui de se fondre en lui pour s’y perdre.

Je continue cette quête de l’alphabet original, encore ici je cherche l’image ou le mot minimum, la forme la plus simple possible et la plus ouverte aussi, qui me permet de reconstruire – à partir de la base – une interprétation poétique du monde et de notre rapport au réel. J’ai jumelé ici des tableaux abstraits et d’autres qui font un usage plus figuratif de ces mêmes « façons de faire », afin de créer un dialogue entre ce qui contient et ce qui est contenu.

(1) Présenté à la galerie Occurrence à Montréal en avril 2003, à Cuba à la Galerie de Arte Servando Moreno à l’été 2003, au Mexique en novembre 2003 à l’Espacio de arte de la Universidad de Guanajuato, dans le cadre de l’événement Voilà Québec en Mexico ainsi qu’à la José Drudis-Biada Art Gallery de Los Angeles en janvier 2004.

Marie-Claude Bouthillier est boursière du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Conseil des arts du Canada à maintes reprises. En plus d’une résidence à la Chambre Blanche à Québec, elle a exposé à L’Oeil de Poisson, au Mercer Union de Toronto et au Musée d’art contemporain de Montréal. Son travail a aussi été présenté au sein d’expositions collectives en Europe et à Cuba. Elle vit et travaille à Montréal.

L’artiste tient à remercier Yan Giguère ainsi que le Conseil des arts et des lettres du Québec.

NULL