Saison 2023-24

Jacinthe Loranger 
La Cabale

En cours Résidence 15.01-08.02.24 Exposition 09.02-31.03.24 Vernissage 09.02.24 — 5 à 7
 
Crédit photo : Donald Trépanier 
Crédit photo : Donald Trépanier 
Crédit photo : Donald Trépanier 
Crédit photo : Donald Trépanier 

Jacinthe Loranger vient du monde de l’art imprimé, mais elle est loin de s’y limiter, au contraire. Elle déploie son art à travers une variété de techniques et de matériaux, de la céramique à la vidéo en passant par l’audio, toujours en conservant le ton dérisoire et le brin d’ironie qui lui sont propres.  

Dans l’exposition La Cabale, elle s’intéresse aux discours conspirationnistes dont la pandémie de COVID-19 a amplifié la voix dans l’espace médiatique. En se penchant sur les propos des leaders complotistes, l’artiste prend la mesure de leur omniprésence et des tendances qui les transcendent, entre autres en ce qui a trait au mépris du corps des femmes. Elle intègre ainsi une nouvelle dimension politique et féministe à son art, mais garde l’image et le ton uniques qui le caractérisent. Ainsi, à travers une esthétique colorée et flamboyante frôlant parfois la caricature, l’artiste s’inspire de l’iconographie médiévale et des procès de sorcières, et recourt à la génération d’images par intelligence artificielle pour brouiller la frontière entre passé et présent, entre vrai et faux. En agrémentant son installation d’une trame sonore incluant des citations de productions médiatiques conspirationnistes et des projections vidéos, Jacinthe pose un regard fasciné et fascinant sur les récits du complot, et crée une mise en scène submersive où le réel fusionne avec l’absurde, et l’amusement avec l’inconfort. 

Texte de Gabrielle Izaguirré-Falardeau

 

Jacinthe Loranger est une artiste multidisciplinaire basée à Montréal. Elle détient une maitrise en arts visuels et médiatiques de l’Université Concordia en Print Media. Sa pratique s’articule autour de la sérigraphie et se déploie sous différentes formes comme l’installation, la fabrication d’objets et le collage. Elle a réalisé plusieurs résidences d’artistes et expositions à travers le Canada, notamment chez Arprim (Montréal), au centre Bang (Chicoutimi), à la Maison des arts (Laval), au festival Art in the open (Prince-Edward-Island) et au centre d’art The Invisible Dog (New York). Elle a participé au projet d’art public Images rémanentes, une exposition permanente qui propose un parcours d’œuvres inédites dans la Ville de Moncton, ainsi qu’à la 11ème édition de la Biennale internationale d’art imprimé à Douro (Portugal).