Saison 2019–20

Gabrielle Desrosiers
A Map Showing the Course of the TrueLove River

En cours Exposition 03.01–01.03.20 Vernissage 30.01.20
La montée des eaux, 2019 
 
 
 
 

Originaire de Québec, Gabrielle Desrosiers réside à Rouyn-Noranda. Elle détient un diplôme en scénographie de l’École de théâtre de Saint-Hyacinthe (2007), un baccalauréat en arts visuels de l’Université Concordia à Montréal (2018) et de l’Académie Bezalel des arts et du design à Jérusalem (2017). Elle est récipiendaire du prix Irene F. Whittome en arts plastiques (2018). Son travail a été présenté à Montréal au festival Zone-Homa (2015), au Centre des arts actuels Skol (2016), à Dare-Dare (2016), au VAV Gallery (2018), au Eastern Block (2018), à Circa art actuel (2018), au Festival d’art performatifs de Trois-Rivières (2019) et à la Fonderie Darling dans le cadre de la RIPA – Rencontre interuniversitaire de performance actuelle (2019).

La pratique de Gabrielle Desrosiers navigue entre la performance et l’installation. Ses œuvres rassemblent photographie, sculpture, vidéo et objets collectionnés. Elle aborde l’installation dans une perspective scénographique et s’intéresse à la notion de reconfiguration du panorama. À la manière d’un collage, elle crée des environnements altérés par des jeux de proportions, de contrastes et de parcours. Ses compositions dissonantes agissent telles des simulations où se côtoient des arguments à déchiffrer, des fantasmes et des cauchemars.

A Map Showing the Course of the TrueLove River est une installation composée principalement d’images trouvées et de photographies grand format dont les dimensions confrontent celles du corps humain. Cette œuvre aborde une réflexion sur la présence, l’absence et la disparition. Les images et leurs dispositifs agissent telles des structures scéniques qui dévoilent et dissimulent tout à la fois. Le déplacement dans l’espace et les différentes perspectives qui en résultent créent plusieurs compositions possibles entre les images. Formellement séduisantes, les références à la mythologie, au corps fragmenté et à la féminité font appel à l’étrangeté et à la sensualité d’une nature morte.