10e Biennale d’art performatif de Rouyn-Noranda

Massy Emond et Danny Twist (Edmund Porn Project)
Prélude 101.1.1

Samedi 15.10.22 — 13h30 Village de Cléricy / Édifice municipal* Durée : 2h
Marie-Hélène Massy Emond, Requiem du lithium, 2021. Photo : Eric Mattson

Une improvisation sonore mettant la table pour la sonate à venir avec l’arrivée de la prochaine mine d’or à ciel ouvert. 

Composée d’un convoi de 40 trucks, d’une soupe sur le feu, d’un chœur d’habitant.e.s en mode reverse et du torrent de la rivière Kinojévis, cette œuvre sonore anticipatrice et ramanchée prend place à Cléricy et clôt une résidence artistique réalisée par le duo et les citoyen.ne.s du village.

Le Prélude 101.1.1 vaut son nom à l’article de la Loi sur les mines qui encadre les consultations menées auprès des populations locales par un promoteur minier lui-même. Cette procédure survenue au printemps dernier dans le village est le point de départ de cette résidence artistique.  

En consignant la voix des lieux et des gens, Massy Emond aborde le rapport de force disproportionné entre cette forêt, cet habitat et les décisions politiques qui cautionnent son utilisation industrielle et son occupation.

 

Le Edmund Porn Project est la rencontre de deux amis auteurs-compositeurs-interprètes et de leur quartier d’adoption : Noranda. Joyeux et gueulards, ils tirent les fils entre deux bois morts, tendent les micros vers ce qui les entoure et tapent allègrement sur les clous pour les faire résonner en écho avec ce monde où l’invisibilité des luttes, la déchéance des habitats et la course au profit des actionnaires vont de pair.  

C’est par les techniques de jeu étendues et le fieldrecording que Marie-Hélène Massy Emond développe ses œuvres sonores. D’une posture écoféministe, elle s’intéresse aux thèmes de la compromission et de l’isolement en lien avec le territoire. Elle crée des albums et s’associe souvent à différents artisan.e.s du théâtre, tant au Canada qu’en Italie, dans le cadre de projets conviant le relationnel dans l’art.  

Né à Montréal en 1959, c’est sous le pseudo de Danny Twist que Daniel Levesque s’est fait connaitre. Dans les années 1980, il joue dans des formations country et western dans la région de en Beauce. Établi en Abitibi depuis 2010 et adepte de la lutherie sauvage, il conçoit des instruments de musique inusités avec de la matière recyclée. Homme-orchestre et performeur aguerri qui a le mépris des conventions et des cravates, Danny Twist surprend. 

*8002, rue du Souvenir | Un transport est offert aux gens qui le souhaitent. Départ de l’Écart à 13h00.

Conception et réalisation | Massy Emond et Danny Twist
Avec la participation des citoyen.ne.s de Cléricy.

Ce projet est réalisé grâce au soutien financier du gouvernement du Québec et de la Ville de Rouyn-Noranda dans le cadre de l’Entente de développement culturel.