ACCUEIL   |   CONTACT   

 
 


   PROGRAMMATION | ARCHIVES
   


   

 

LA FIN DU DIALOGUE: LE MUR

Exposition du 24 avril au 31 mai 2014

 

ÉRIC LADOUCEUR SAINTE-JULIENNE

GISELA RESTREPO MONTRÉAL

MARC-OLIVIER HAMELIN ROUYN-NORANDA

MARTIN BUREAU QUÉBEC

MÉRIOL LEHMAN QUÉBEC

MIRELLE BORRA BERLIN

Commissaire:

MARIE-HÉLÈNE LEBLANC GATINEAU

 

Si le mur peut façonner le quotidien de quelques métaphores autant qu’il peut servir de protection physique essentielle aux espaces architecturaux, il est aussi porteur d’œuvres dans un lieu d’exposition. Au-delà de ces quelques fonctions utilitaires, faire face à un mur, que ce soit au propre comme au figuré, implique un confinement, d’un côté comme de l’autre. Le mur scinde, coupe en deux, instaure une démarcation dans le paysage telle l’édification d’un espace linéaire de lisibilité. En ajoutant cette ligne bien tangible sur un territoire, qu’il soit fictif ou réel, dans une sorte d’esthétique de la limite, on contribue à la fois à protéger, à enfermer, à contrôler, à diviser, à fermer et à classifier.

Que les murs soient constitués de pierres, de clôtures, de briques, de barbelés ou d’acier, ils sont imposants, restrictifs et agissent à titre de limite. Une limite représentant le pouvoir : pouvoir étatique, économique, politique ou encore idéologique. Au fil du temps, les murs se sont construits dans une structure sémantique de la division: rideau de fer, mur de la honte, mur de protection, barrière de séparation, grillage de séparation, clôture de sécurité, barrière antiterroriste, mur d’annexion. Alors qu’on célèbre la chute de l’un, ils se multiplient dans un silence relatif. Les murs sont autant de cicatrices sur un territoire divisé, matérialisant des lignes abstraites nommées frontières qui s’érigent à la vertu des idéaux de sécurité et de souveraineté. Par la séparation qu’ils engendrent, ils mènent à une forme d’incommunicabilité.

La fin du dialogue est le résultat implacable de ces murs visibles ou invisibles, réels ou fictionnels, qui marquent immanquablement le territoire et interrompent les possibilités de rapprochement. En proposant une exposition où chaque artiste traite d’un mur, par expérience, par observation ou par confrontation, une forme de dialogue réapparait dans la cohabitation de ces œuvres entre les murs des salles d’exposition. Subtilement, les murs de la galerie agissent comme vecteurs de liaison, permettant la mise en réseau d’une nouvelle structure de communication. Tout comme un mur, l’exposition devient un espace de lisibilité où, au contact d’un obstacle, d’une barrière aux parois poreuses, le constat de l’insurmontable ou du franchissable s’impose. Six murs, comme autant d’œuvres qui en traitent, seront présents tant dans leur matérialité que dans les représentations, les confrontations et les répercussions qu’ils insinuent.

LA FIN DU DIALOGUE : LE MUR regroupe les œuvres de Mirelle Borra (Berlin), Martin Bureau (Québec), Marc-Olivier Hamelin (Rouyn-Noranda), Éric Ladouceur (Sainte-Julienne), Mériol Lehmann (Québec) et Gisela Restrepo (Montréal). L’exposition s’inscrit dans un processus de recherche amorcé lors d’une résidence de commissariat à L’Écart à l’été 2014.

 

Marie-Hélène Leblanc, commissaire

 

Marie-Hélène Leblanc est artiste, auteur et commissaire. Elle est détentrice d’un baccalauréat en arts visuels à l’Université Laval (2003), d’une maitrise en art à l’Université du Québec à Chicoutimi (2006) et poursuit actuellement un doctorat en études et pratiques des arts à l'Université du Québec à Montréal. Elle a réalisé plusieurs projets de commissariats dans plusieurs centres d’artistes au Québec et au Canada, notamment à Vaste et Vague à Carleton (2013), à AXENÉO7 à Gatineau (2013), à Caravansérail à Rimouski (2012) et à Latitude 53 à Edmonton (2012). Marie-Hélène Leblanc publie aussi des textes et produit des livres d'artistes.

 

MARTIN BUREAU
Ils n’ont demandé à personne

Cette installation s’inscrit dans un cycle de création qui réunira à terme une série de tableaux ainsi que six courts métrages portant sur la question des Murs de séparation étatiques. Ces six films sont constitués de trois diptyques filmiques portant sur les deux côtés de trois Murs distincts : le Mur de Cisjordanie, les Murs de Belfast ainsi que la barrière de séparation Mexique/USA.

Tourné à l’automne 2013 et terminé en mai 2014, le film Ils n’ont demandé à personne est une incursion à Qalqilya, ville palestinienne emmurée par Israël. Pendant que défilent des images du Mur, on entend des voix palestiniennes décrivant les impacts de ce Mur sur leur quotidien. Puis, à l’oppression du mur s’oppose les images de mères et d’enfants s’amusant dans un parc d’attraction, symbole de résistance face à l’occupant.

Le tableau adossé au Mur de projection sera une composition où l’on verra la fracture du paysage composée par le Mur : d’un côté, la désolation et la catastrophe; de l’autre, le déni et la luxuriance des jardins verdoyants. L’intention est d’exprimer en images la disparité immense entre les deux mondes ainsi que la fin du dialogue matérialisée par le Mur.


MÉRIOL LEHMANN
Le Mur de Babel

Réflexion ouverte sur le fascisme, Le Mur de Babel interroge l’immobilisme des peuples devant la haine de l’autre utilisée comme instrument de manipulation politique. En prémisse, l’émergence du nazisme, puis la division de Berlin par les nations victorieuses de la Seconde Guerre mondiale menant à la création du mur pour terminer par la construction de la barrière de séparation israélienne : comment les opprimés d’hier peuvent-ils encore devenir les oppresseurs d’aujourd’hui?

À l’instar de la Tour de Babel, le mur est un symbole fort de non-communication entre les peuples. Élément de base dans le coffre à outils du contrôle des masses, la xénophobie joue sur l’identitaire et le sentiment nationaliste pour nous amener à rejeter celui qui ne parle pas la même langue que nous. L’étranger comme bouc émissaire qui unit la nation. Au fur et à mesure que les tensions croissent entre les peuples, les murs — réels ou intangibles — se dressent, ne servant que les intérêts des élites qui les utilisent pour se garder au pouvoir.

Le texte de Martin Niemöller utilisé comme matériau dans la création sonore de l’œuvre n’est pas un choix anodin : la défense des droits humains est une question collective. United we stand, divided we fall.


GISELA RESTREPO
Après le mur

Après le mur est le récit d’un voyage, celui de deux femmes qui retournent là où trente ans auparavant elles ont été prisonnières politiques. Entre 1979 et 1983, Lucia et Maria ont milité au sein du mouvement révolutionnaire colombien M-19. Comme plusieurs autres militants, elles furent incarcérées dans la prison El Barne pendant deux ans.

Des photographies documentent uniquement le trajet : l’arrivée et le départ des deux femmes. Car de l’intérieur de la prison, où il est interdit de filmer ou de prendre des photographies, rien n’est révélé. La bande sonore est constituée de souvenirs, de discussions et d’impressions ayant refait surface durant le trajet.

Après le mur est un récit à plusieurs voix, celles des deux femmes, mais aussi celle de l’artiste qui témoigne de son expérience singulière : suivre sa mère en quête des traces de son histoire personnelle.

Le classeur Archives famille Restrepo est constitué de documents conservés par Lucia et Sergio, les parents de l’artiste. Ces photocopies de lettres, de photographies et d’articles de journaux retracent une partie de l’histoire politique de la Colombie et du
M-19 au fil de l’histoire personnelle de deux anciens militants. Une fenêtre qui permet de voir ce qui a existé avant, pendant et après le mur.


ÉRIC LADOUCEUR
Naturiste vs Zombie ou Désir = Désastre
Premiers schémas

L’obsession de la catastrophe imminente est omniprésente dans les réseaux d’information, dans la littérature, au cinéma et à la télévision. Nous sommes à la merci des changements climatiques et d’une catastrophe écologique, à l’aube d’une nouvelle guerre mondiale, en proie aux extrémistes religieux, victimes des procédés alimentaires industriels, enclins à succomber à la prochaine épidémie virale, floués par la corruption et la collusion du monde politique, soumis aux injustices sociales. Nous vivons avec l’annonce d’une nouvelle menace à tous les jours.

En amorce à une étude transdisciplinaire portant sur la mise en relation de groupes humains se composent des scènes où l’occupation du territoire est échafaudée par différentes clôtures. À droite, le zombie, fabuleuse créature qu’il trouve métaphorique de cette fin du monde annoncée, consomme sans fin tout le vivant sur son passage. D’un autre côté, le naturiste, figure anarchisante issue de la philosophie libertaire, se cloitre et pratique, dans le plus grand secret, l’exposition de son unique bien : son corps.


MIRELLE BORRA
Walls of Separation

Le projet Walls of Separation s’intéresse à la tendance à construire des murs pour établir une ligne de séparation entre deux parties en conflit. L’artiste observe la façon dont les gouvernements utilisent ces murs comme une tactique de polarisation économique et de ségrégation religieuse et raciale en les légitimant à titre de défense contre un groupe politiquement hostile ou économiquement concurrentiel. Le projet Walls of Separation cherche à sensibiliser davantage le public à cette question et à susciter un dialogue à propos du cout social que représentent les restrictions imposées à la mobilité humaine.

La démarche artistique de Mirelle Borra consiste à explorer des formes de représentation qui dépassent les attentes habituelles liées aux images documentaires. En photographiant en gros plan quelques fragments soigneusement sélectionnés sur les murs, elle révèle des messages inscrits, des vestiges de blessures et de protestations ou des impressions personnelles qui passeraient inaperçus dans une perspective documentaire plus large. Au vu la nature controversée du sujet, on pourrait reprocher à cette esthétique d’être limitée. Mais ces images portent des traces visibles du conflit et nous renseignent sur le contexte plus large dans lequel il a pris forme. Une inspection minutieuse du mur révèle son impact sur la vie de tous ces gens contraints de s’y confronter au quotidien.


MARC-OLIVIER HAMELIN
Gratter le bobo

Gratter le bobo puise dans les effets de murs physiques et psychologiques en s’inspirant de la trace et du geste causés par ces murs invisibles qui deviennent concrets par le passage de la mémoire à l’action. Ce projet prend racine dans les histoires d’une fuite d’un pays vers un autre et tente, par la performance, l’écriture et le dessin, d’identifier le poids des limites mais aussi de la recherche d’une paix entre deux territoires, entre deux humains. Dans Gratter le bobo, l’artiste se soumet à des actions où ses propres frontières sont questionnées et mises à l’épreuve. L’installation est le regroupement d’archives textuelles, visuelles et matérielles exprimant le processus que l’artiste s’est imposé afin de dénouer des éléments de son passé. Le symbole de la cicatrice est pour lui la marque d’une conséquence et une allusion visuelle très vive de la tentative et de l’échec.





Vernissage
vendredi 24 avril 2015, 19 h


   
    retour