ACCUEIL   |   CONTACT   

 
 


   PROGRAMMATION | ARCHIVES

   
© Photo : Annie Pelletier / Projet d'un décalage spatial, 2006
   


17 novembre au 10 décembre 2006

POUR LE MOMENT C'EST COMME ÇA !

AUTREMENT ÇA SERAIT ÇA !
Annie Pelletier
Trois-Rivières

La géométrie de l’espace galerie suppose un extérieur où l’intérieur devient indicateur du lieu de diffusion. L’installation proposée est opportuniste : à l’espace écrin de la galerie, elle s’accroche, y entre et en sort, projet d’un décalage spatial.

Extrapoler une perception : de la fiction à la réalité.

D’abord se procurer un maximum d’objets variés : fauteuil, table basse, tiroir, boîtes, pots, bibelots, tasses, bouteilles, téléphone, ourson, crayons, livres, canettes, panier, lampe, cendrier. Une multitude d’objets seront placés, aménagés, installés dans la salle. Ils s’entassent presque et s’imposent par leur diversité et leur abondance, mais surtout par leur aménagement familier, voire banalement quotidien. Ils sont nos us et coutumes, nos besoins (vrais ou faux), nos petites consommations, notre surconsommation. Mais avant tout, ils s’organisent et se combinent; ils concrétisent un tout, motivent une proposition esthétique.

Le regard voit, puis l’esprit doute.

Les objets placés composent l’installation noyau, aux allures de salon ordinaire des plus communs, où elle prend forme quelque part dans la salle. Tout au long du séjour de l’artiste, la cueillette d’objets se poursuit et les objets s’ajoutent. Chaque jour, ils gonflent l’installation de départ, deviennent amoncellement jusqu’à s’éparpiller au-delà de l’espace galerie, permettant aux éléments extérieurs d’apparaître et de paraître autrement. En fait, peut-être ne sont-ils que le prolongement de l’installation et que la salle n’en est que le départ?

Où commence l’œuvre, où se termine-t-elle? L’installation propose l’expérience de l’œuvre, à la fois comme objet construit et qui se construit, dans le déplacement d’une perception.

 

Née à Asbestos (Estrie) en 1969, Annie Pelletier fait des études collégiales en arts plastiques à Sherbrooke, puis en arts visuels à l’université à Trois-Rivières où elle vit et travaille depuis une douzaine d’années. Présentement, elle termine une maîtrise avec mémoire à l’Université Laval. Elle a participé à des expositions collectives et résidences d’artistes au Québec, en France et en Belgique, et réalisé plusieurs expositions solos. Gagnante de plusieurs prix en arts visuels, elle a également obtenu des bourses de création.

L’artiste remercie le Conseil des arts et des lettres du Québec pour son appui financier.




Résidence du 8 au 17 novembre 2006.

Vernissage le vendredi 17 novembre 2006 à 19 h




   
   

retour